Le cinéma policier français – 100 films, 100 réalisateurs

Le cinéma policier français – 100 films, 100 réalisateurs

Le point commun entre Fantômas (1932),

Les Yeux sans visage (1960), Les Tontons flingueurs (1963), La Piscine (1969), Tchao pantin (1983), La Cité de la peur (1996) et Les Misérables (2019) ? Immenses succès populaires ou chefs-d'œuvre de référence, ce sont tous des films policiers.

Le polar, présent dès les origines du 7ème art, est le premier genre du cinéma français. Fortement représenté à toutes les périodes (âge classique et réalisme poétique, Les Disparus de Saint-Agil, Le Corbeau), cinéma de " qualité française " (Du rififi chez les hommes, Razzia sur la chnouf), Nouvelle vague (Ascenseur pour l'échafaud, À bout de souffle, Le Boucher, Tirez sur le pianiste), époque moderne (Série noire, L'Été meurtrier) et contemporaine (Les Rivières pourpres, Léon, 36 quai des orfèvres), il " contamine " tous les autres genres : comédie (Mon p'tit doigt m'a dit, Le Cerveau), film " social " (Polisse), thriller (Harry un ami qui vous veut du bien), films de gangsters

(La French) ou encore film historique (La Bande à Bonnot). Riche de passerelles avec les cinémas étrangers (Le Samouraï) et la littérature (Maigret tend un piège, 120 rue de la Gare), ce corpus de 100 films est l'œuvre de réalisateurs aussi prestigieux que Jean Renoir, H.-G. Clouzot, Jules Dassin, Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol, Georges Lautner, Jean-Pierre Melville, Gérard Oury, Henri Verneuil, Claude Berry, Bertrand Tavernier, Luc Besson, Gilles Marchal, Jacques Audiard...

Proposé par un amoureux du cinéma, Jean Ollé-Laprune, ce voyage à travers le cinéma populaire français permet de (re) découvrir des films de toujours, à travers une analyse efficace et plus de 400 anecdotes sur l'écriture, la réalisation, le tournage ou encore la postérité de tel ou tel long- métrage.